Piasa
Enchérir en ligne
  • Artiste emblématique du sentiment italien dans l'art de la verrerie, Flavio Poli est célèbre pour ses créations aux couleurs à la fois douces et franches, pleines et pures, joyeuses et fascinantes. Né en 1900 et décédé en 1984, il a traversé et profondément marqué le 20e siècle. Formé à l'Istituto d'Arte de Venise, il est d'abord céramiste, attiré par la transformation de la matière et les infinies possibilités décoratives qu'offre le modelé direct et les couvertes colorées.

  • Avec plus de 5 millions d’euros de résultat en 2017, PIASA se place cette année encore en leader sur le marché du design scandinave. Le 15 février, la maison présentera une nouvelle sélection des signatures les plus emblématiques des pays nordiques. Habituée des collaborations avec les plus grands architectes d’intérieur, PIASA laisse aujourd’hui carte blanche à Karine Lewkowicz et son « oeil de metteur en scène » pour imaginer l’écrin qui accueillera cette nouvelle vente.

  • PIASA ouvre la saison des enchères le 07 février à 18h par la présentation d'une collection de 135 pièces de verrerie européenne lors de la vente « Glass - Verrerie européenne 1920-2000 from one property ». Au carrefour entre arts décoratifs, artisanat et création artistique, les arts du feu ont toujours eu une place particulière chez PIASA. Ces créations sont autant des objets utilitaires avec lesquels vivre au quotidien, que des oeuvres d'art suscitant admiration et contemplation.

  • Le 20 décembre 2017, PIASA organisait une vente European spirit, selected design, qui a totalisé plus d’ 1 million de résultat.  Parmi les lots phares, la maison a présenté notamment du design italien, scandinave, et français, allant du début du 20ème siècle aux années 1980. Les collectionneurs ont apprécié les œuvres de grands designers européens, notamment Charlotte Perriand, Marc du Plantier, ou l’italien Gio Ponti. PIASA a également présenté à cette vente la suite et la conclusion de l’hommage à Momcilo Milovanovic, dont la première édition a eu lieu le 22 juin 2017.  

  • Construite de toutes pièces par la Société des Mines de Fer de Mauritanie pour y loger ses employés, la Cité Cansado fut meublée par Charlotte Perriand, entre 1958 et 1963, au moment clef de sa collaboration avec Jean Prouvé et Steph Simon. La vente Piasa Selected Design du 20 décembre a présenté plusieurs meubles conçus pour cette « cité idéale », dont une enfilade et deux banquettes en frêne, mélaminé, et métal, dessinées en 1958.

  • Marc du Plantier, décorateur brillant du 20ème siècle, aménagea avec goût les intérieurs des plus prestigieux de ses contemporains. Une des plus belles démonstrations de son talent est son hôtel particulier à Boulogne, où se déroulaient les mondanités qui ont fait sa réputation dans un écrin de luxe et d’élégance. La salle à manger, de marbre et de murs peints par l’artiste, était le centre des activités ; un modèle presque identique à sa table de marbre a été présenté par Piasa dans sa vente European Selected Design du 20 décembre, peu de temps après la mise aux enchères très réussie de deux des tableaux principaux qui ornaient cette même salle.


Le faste discret de Marc du Plantier : l’hôtel particulier de la rue du Belvédère

Marc du Plantier, décorateur brillant du 20ème siècle, aménagea avec goût les intérieurs des plus prestigieux de ses contemporains. Une des plus belles démonstrations de son talent est son hôtel particulier à Boulogne, où se déroulaient les mondanités qui ont fait sa réputation dans un écrin de luxe et d’élégance. La salle à manger, de marbre et de murs peints par l’artiste, était le centre des activités ; un modèle presque identique à sa table de marbre a été présenté par Piasa dans sa vente European Selected Design du 20 décembre, peu de temps après la mise aux enchères très réussie de deux des tableaux principaux qui ornaient cette même salle.

-

Marc du Plantier - Huile sur toile
Résultat : 10 400 € - Vente du 1er juin 2017

-

Le parcours d’un esthète mondain

Redécouvert dans les années 80, le style unique et auparavant presque méconnu de Marc du Plantier en fait aujourd’hui un artiste très prisé des collectionneurs. Sa formation de mathématicien, puis de peintre et d’architecte le conduisit naturellement vers le métier de décorateur. Forcé à l’exil par la seconde guerre mondiale, il exporte alors ce qui sera appelé son « modernisme sage » en Espagne, au Mexique, au Liban et aux Etats-Unis. De retour en France en 1966, sa proximité avec les familles et les artistes les plus prestigieux de son temps lui permet de décorer de somptueux appartements, la salle principale de l’ambassade de France à Ottawa, ou encore de concevoir des scénographies pour la Comédie Française et des tapisseries pour le palais de l’Elysée. Comptant parmi ses proches de grands noms comme celui du couturier Paul Poiret ou Mme Puissant-Van Cleef, il réalise les intérieurs de nombre de maisons et appartements parisiens, de la côte d’azur, au Maghreb, ou encore d’un yacht pour une clientèle cultivée et fortunée. Son premier appartement, boulevard Suchet à Paris, fut entièrement décoré par ses soins, notamment par des glaces gravées par son ami Max Ingrand d’après ses dessins.

-

Max Ingrand
Suspension - Modèle 2259

-

L’hôtel de la rue du Belvédère, au centre de l’art de Marc du Plantier

La deuxième résidence française de Marc du Plantier, son hôtel particulier à Boulogne, était le cadre de somptueuses réceptions tout en servant de studio-atelier. Vitrine exemplaire du raffinement de son occupant, l’hôtel témoigne également de l’évolution de son style vers un néoclassicisme luxueux, porté par des matériaux superbes et rares. La pièce maîtresse où étaient conviées à dîner les nombreuses relations de Marc du Plantier, gravitant autour d’une table massive en marbre blanc (créée en très peu d’exemplaires à deux, trois, ou quatre pieds) entoure les convives de tableaux à l’inspiration antique du peintre-designer.
-

Marc du Plantier - Huile sur toile
Résultat : 13 650 € - Vente du 1er juin 2017

-

Rue du Belvédère, l’artiste joue avec les influences, puisant une nouvelle inspiration dans des genres qui vont d’un lit à l’Antique à une coiffeuse inspirée du style Napoléon III, et ajoute à l’ensemble qu’il a méticuleusement agencé une œuvre du sculpteur Ossip Zadkine. « L’Homme doit vivre au milieu d’un certain merveilleux », aurait dit le décorateur : lui-même a su le faire.

-

Marc du Plantier - Table en marbre blanc veiné gris
Résultat : 49 400 €